Et si l’hôtel de Shining se trouvait au cœur de l’Aubrac…


Le soleil commence à décliner sur le plateau de l’Aubrac. Je suis encerclée par la neige. A la traîne derrière mon père et mes frères, je tente de ne pas les perdre de vue. C’est bien la première et dernière fois que je fais du ski de fond. Je sens de moins en moins mes jambes et je décide de faire une pause. Mon père fait marche arrière :
« Allez, courage, on arrive à l’hôtel.
– Papa, tu sais, je n’ai pas vraiment envie d’aller dans cet hôtel.
– Mais si. Tu vas voir, il va te plaire.
– On m’a raconté des choses. Personne ne t’a rien dit de ce qui s’est passé là-bas l’hiver 1970 ?
– Je n’en ai pas le souvenir.
– Un homme serait arrivé là-bas avec sa femme et ses deux petites filles d’environ 8-10 ans pour les vacances. A en croire les gens, il semblait tout à fait normal et inoffensif, mais au bout d’une semaine, il y a eu une énorme tempête de neige. Sa famille et lui se sont retrouvés coincés dans l’hôtel, quasiment seuls car tous les touristes avaient déserté avant. Il est devenu furieux et il… il a tué sa famille avec une hache. La police pensait qu’il s’agissait de ce que les vieux de la vieille appelaient « le mal des cachots », une forme de claustrophobie qui se manifeste quand les gens sont enfermés ensemble pendant trop longtemps.
– Mais c’est n’importe quoi ! Tu crois vraiment à ces histoires ? Allez, hop, on y est presque ! »
Je n’ai pas vraiment le choix alors, je reprends ma route. Peu de temps après, j’aperçois une grande masse sombre en haut de la colline. Nous y sommes.

Hôtel Aubrac

20h
Il fait nuit noire dehors. La neige n’arrête pas de tomber. Mon père et mes frères se reposent dans leurs chambres. Je décide de partir explorer l’hôtel. Je longe un couloir, puis je tourne à gauche. Je débouche sur un autre long couloir. Je longe les chambres doucement. C’est désert. Etrange pour la haute saison. Des portes en bois, des murs blancs immaculés, une moquette orange et rouge au sol. Ils n’ont pas dû refaire la déco depuis les années 1970. Le silence qui m’entoure me glace soudain le sang. J’ai l’impression qu’un courant d’air se faufile derrière moi. Je me retourne en sursaut. Personne. Le couloir est vide. Toute vie humaine semble s’être volatilisée. J’accélère le pas. J’arrive au bout du couloir, je tourne à droite et je tombe… sur un autre couloir identique. J’étais pourtant sûre d’arriver dans le hall en passant par là. Krrrrrrrrrrrrr… Qu’est-ce que c’est que ce bruit ??? Je regarde autour de moi et je vois une porte entrouverte un peu plus loin devant. Je m’approche. Le numéro 237 est incrusté dans le bois de la porte. Je jette un bref coup d’œil dans l’entrebâillement. Personne. Ma main droite s’approche de la poignée. Je ne sais pas pourquoi. Je ne peux la contrôler.
« Qu’est-ce que vous faites mademoiselle ? »
AAAAAAAAAAAAAH. Je fais un bond en hurlant. Un homme barbu se dresse devant moi.
« Excusez-moi, je ne voulais pas vous effrayer ».
Je reprends mon souffle et je tente de marmonner quelque chose :
« C’est… c’est moi, je suis désolée. J’ai vu cette porte ouverte et je voulais juste la refermer mais… »
Je m’aperçois alors que l’homme frissonne de tout son corps. Il semble terrifié.
« Ça ne va pas ?
– Si, si, tout va bien.
– Mais non, vous tremblez. C’est à cause de cette chambre ? Il y a quelque chose à l’intérieur qui vous fait peur ?
– Pas du tout ! Il n’y a rien du tout dans la chambre 237 ! Et vous n’avez rien à y faire de toute façon. Vous avez défense d’y entrer ! Compris ? »

21h30
J’ai fini par retrouver le hall de l’hôtel après le dîner. Je regarde la neige s’amonceler contre les baies vitrées. Mes frères jouent au billard avec mon père dans la grande salle de jeux juste à côté. On dirait que nous sommes les seuls clients. L’homme barbu tape sur le clavier d’un vieil ordinateur derrière le comptoir d’accueil. Le cliquetis des touches m’énerve. Je m’ennuie. S’il continue à neiger comme ça, nous n’allons jamais pouvoir repartir demain matin. Je savais que je n’aurais jamais dû venir.

23h45
Je me tourne et me retourne dans mon lit. Je n’arrive pas à dormir. Une image atroce vient se planter devant mes yeux dès que je commence à m’assoupir. Mon frère ronfle paisiblement. Je me lève, agacée. J’enfile des chaussettes et je sors de la chambre en pyjama. Il faut que je marche un peu. Je m’aventure donc à nouveau dans les couloirs. Au bout du mien, je tourne à droite. C’est curieux, il me semble entendre un bruit de roulement, comme si un enfant faisait du tricycle dans l’hôtel. J’avance tranquillement. Je tourne à gauche, puis à droite. C’est un vrai labyrinthe. Ça ne semblait pourtant pas si grand, vu de l’extérieur. Je n’ai toujours pas rencontré âme qui vive. Le silence total est revenu. Je prends le couloir de gauche. Je continue à avancer comme un zombie. Chambres 234, 235, 236, 237, 238, 239… Je m’arrête brusquement. Je recule de quelques pas pour revenir devant la chambre 237. La porte est fermée. Je me demande bien ce qu’il peut y avoir derrière. Je tourne lentement la poignée. Quand j’ouvre, un air froid frappe mon visage. Je tremble, mais mon corps est irrémédiablement attiré vers l’intérieur. Je reprends ma respiration. Et je m’engouffre dans la chambre…

Vous avez aimé ce texte ? Votez pour Cam’ dans un film aux Golden Blog Awards !

Cam' dans un film

____

Un texte inspiré de…

Shining de Stanley Kubrick SHINING (THE SHINING) – 1980

Genre : épouvante, horreur
Réalisateur : Stanley Kubrick
Scénaristes : Stanley Kubrick, Diane Johnson d’après l’œuvre de Stephen King
Avec : Jack Nicholson, Shelley Duvall, Danny Lloyd, Scatman Crothers…
Bande originale : Wendy Carlos

Pour en savoir plus :
– La bande-annonce de Shining est sûrement l’une des plus réussies du cinéma. Découvrez-la !
– Une scène culte dans les couloirs du vrai hôtel de Shining : voir l’extrait qui a inspiré ce texte
Un autre extrait mythique où Jack Nicholson, plus terrifiant que jamais, s’en donne à cœur joie avec sa hache (attention, ça spoile un peu pour ceux qui n’ont jamais vu le film)
Room 237 : les mystères et théories autour de Shining
La fin coupée de Shining n’est plus un mystère (attention spoiler)
– La fiche technique du film sur Allociné
– Stephen King sort la suite de son livre Shining

Publicités

1 reply »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s