John Cena, ce Gladiator des temps modernes

J’ai une confession à vous faire. Ce n’est pas toujours facile de concilier son statut de princesse avec un goût prononcé pour le catch. Surtout quand vous habitez Paris et que les combats de gros bonhommes musclés en slip sont associés au summum de la beaufitude. Mais je m’en moque : j’adore ça et je ne me lasserai jamais de voir le gentil monter sur la troisième corde juste avant de sauter sur le méchant pour l’aplatir comme une crêpe ! Aujourd’hui, je prends même un malin plaisir à voir les yeux des gens s’écarquiller quand je leur dis fièrement que, ce soir, je vais au show de la WWE à Bercy.

22h. Le spectacle a commencé depuis deux bonnes heures et la tension monte peu à peu. Les enfants ne tiennent pas sur leurs sièges et hurlent plus fort que les adultes. Même mes copines, qui sont venues à reculons, ont fini par se laisser prendre au jeu. Tout le monde sait que le dernier combat approche. Tout le monde sait qu’IL va se battre à la fin. Tout le monde est venu pour LE voir. Soudain, le présentateur marmonne quelque chose en anglais dans son micro. La musique démarre et le colosse Ryback fait son entrée. La foule le hue. Elle ne l’aime pas. Et c’est sous les sifflets qu’il s’avance vers le ring. Puis, le calme se fait. Soudain, un gros rap démarre. Des faisceaux de lumière bleue s’agitent dans tous les sens. Et c’est alors qu’IL fait son apparition. La foule devient hystérique. Elle se lève et scande son nom : « Cena ! Cena ! Cena ! » Les enfants autour de moi sont comme possédés et se mettent à hurler, à applaudir, à sauter dans tous les sens. Nous ne sommes plus en 2013 à Paris, mais au 2ème siècle après Jésus-Christ à Rome. Bercy a des airs de Colisée et le gladiateur s’avance dans l’arène. Il se précipite sur le ring et brandit sa ceinture de héros pour saluer son public. Les cris doublent de volume. Soudain, le silence se fait… C’est parti, le combat débute. BAM ! Cela commence mal pour Cena qui se retrouve au sol. Ryback le rue de coups. Un enfant s’égosille à côté de moi :
« Relève-toi Cena ! Vas-y, relève-toi ! Tu vas l’avoir, tu es le plus fort ! Debouuuuuut Cena ! »
Le gladiateur finit par se dégager. Il se protège des coups. Il recule, prend son élan contre les cordes et se précipite sur son ennemi. Mais l’autre l’attrape et le jette à terre de toutes ses forces. BOUM ! La foule siffle. Certains commencent à insulter l’arbitre. Le héros réussit à se dégager. Il s’éclipse du ring pour prendre quelque chose en dessous. C’est… une table ?! Il la monte sur le ring. Le public applaudit. Mais le méchant l’attend. BANG ! Cena est à nouveau à terre. L’arbitre commence à compter :
« One, two, three.. . »
Hop, Cena se redresse et BAM ! Un coup de poing dans la mâchoire de Ryback. Le sol se met à trembler. Un gamin devant moi est debout sur son siège. La foule lève les bras pour encourager son héros. BOUM ! Cena prend son élan dans les cordes et, cette fois-ci, il réussit son enchaînement. Coup de pied dans le ventre de Ryback. Cela lui coupe le souffle, il s’écroule. Les applaudissements se font de plus en plus forts. Un grondement rugit. Je me bouche les oreilles parce que les cris suraigus des enfants me transpercent les tympans. Le public scande le nom de la star. Soudain, le colosse parvient à se dégager, il saisit John Cena et le soulève dans les airs. Il s’approche de la table. Horreur, je viens de comprendre à quoi elle va servir !
« Nooooooooooooon ! beugle l’enfant à côté de moi ».
Mais, tout à coup, le gladiateur se dégage des bras de Ryback et saute à terre. En un clin d’œil, il attrape son ennemi, le jette sur son dos, le soulève et le balance sur la table qui se brise instantanément en deux. Ryback est K.O. La cloche retentit. Le combat est terminé. Une clameur indescriptible s’empare de Bercy. Les spectateurs se ruent vers le ring. Tout le monde tape des pieds sur les gradins qui tremblent de plus en plus. L’enfant à côté de moi pleure presque de joie. Son gladiateur a gagné !

Si vous aviez pu voir ce qu’il s’est passé ce soir-là dans l’arène de Bercy, vous auriez compris que John Cena n’est pas le meilleur parce qu’il met ses adversaires au tapis plus rapidement que les autres. John Cena est le meilleur parce que la foule l’aime. 17 000 spectateurs, les yeux rivés sur chacun de ses mouvements, le silence avant qu’il frappe, puis le bruit, lorsqu’il l’a fait, qui s’élève soudain, comme s’il était le dieu du tonnerre lui-même…
Cam' dans un film

____

Même si le catch est un spectacle plutôt drôle, ce texte s’inspire d’un film plutôt triste…

Gladiator, Ridley Scott GLADIATOR – 2000

Genre : péplum, drame, aventure
Réalisateur : Ridley Scott
Scénaristes : John Logan, William Nicholson, David Franzoni
Avec : Russell Crowe, Joaquin Phoenix, Connie Nielsen
Bande originale : Lisa Gerrard, Hans Zimmer

Pour en savoir plus :
– Voir la bande-annonce de Gladiator
– La fiche technique complète de Gladiator sur Allociné
– Ecouter la bande-originale de Gladiator sur Spotify
– Et pour le catch : voici les dernières infos de la WWE


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s