Une journée dans la peau d’un chef de projet Jedi

Si vous êtes un bon Jedi, écoutez ça :

Si vous êtes tenté par le côté obscur de la Force, écoutez plutôt ça :

Il n’y a pas si longtemps dans une galaxie toute proche, vraiment très proche…

8h
POMPOMPOMPOPOPOPOPOPO… Je lève ma main droite et le réveil qui se trouve à deux mètres de moi valse contre le mur avec fracas. Je me redresse dans mon lit, regrettant aussitôt mon geste. Je sens que je suis à cran aujourd’hui. Je ne dois pas céder à la colère… Je respire un grand coup et je fais appel à la Force pour me traîner jusqu’à la douche.

9h
Je m’engouffre dans une rame de métro bondée. L’haleine de l’homme collé de force contre moi vient chatouiller mes narines. Je remonte mon écharpe pour ne plus sentir les miasmes des autres. L’attaché-case d’une personne derrière n’arrête pas de cogner contre mes jambes. Une working girl me bouscule en râlant pour s’approcher de la porte. Je ferme les yeux. Rester calme. Ne pas craquer. Je fais le vide dans ma tête. Il faut vraiment que je me repose ou je vais tomber en pièces. J’ai les articulations frigorifiées. Je suis rouillée. J’ai besoin de vacances.

9h45
A peine arrivée au bureau, mon téléphone se met à sonner.
« Allo ?
– Camille, qu’est-ce que c’est que ce sujet en Une sur le site ? On n’a jamais dit qu’on mettait ça ! D’où ça sort ? Il faut changer asap ! On ne peut pas laisser ça ! »
L’agression typique du matin qui cherche à me faire basculer du côté obscur… Je ne dois pas entrer dans ce jeu.
« Je vais regarder tout de suite. Je pense qu’il y a dû y avoir un problème lors de l’intégration hier soir ».
Les cris d’indignation continuent à l’autre bout du fil. Bien entendu, mon ordinateur est toujours en train de s’allumer – oui, je travaille dans le web mais mon PC met un quart d’heure à se mettre en marche – et je ne peux constater le drame. Je fais le vide dans mon esprit et je prononce la formule magique qui met fin à la scène :
« Je suis vraiment désolée. Nous avons dû faire une erreur. Nous allons corriger immédiatement. Je suis encore vraiment navrée. Je vais m’assurer que cela ne se reproduise plus ».
Auto-flagellation, excuses acceptées, je reste du bon côté de la Force.

10h30
Direction la créa pour faire un point avec le directeur artistique sur un projet de refonte de site. Il m’attend et me montre fièrement sa première piste graphique. Silence. Il a collé des pictos partout. Je ne comprends pas la signification de la moitié d’entre eux.
« Euh, je… c’est bien mais… pourquoi tu as mis autant de pictos ?
– Ben, c’est ce qui se fait en ce moment, me répond-il en soupirant. Et je trouve ça plutôt stylé, non ? »
Mmmmmmh… Je n’ai pas le temps de débattre. Je le regarde droit dans les yeux puis je passe lentement ma main entre nos regards :
« Tu vas enlever tous ces pictos ».
– Je vais enlever tous ces pictos, répète-t-il.
– Les pictos ne sont utiles que s’ils sont justifiés et qu’on comprend ce qu’ils signifient.
– Les pictos ne sont utiles que s’ils sont justifiés et qu’on comprend ce qu’ils signifient.
– Tu ne dois pas chercher pas à faire du « stylé », on fait de l’institutionnel, BORDEL !
– Je ne dois pas chercher pas à faire du « stylé », on fait de l’institutionnel, BORDEL ! ».
Tandis que je retourne à mon bureau, il commence à supprimer les pictos de sa créa.

11h30
Mon chef a convié toute mon équipe à une réunion de crise. Notre client historique a décidé de changer de prestataire et ça ne sent pas particulièrement bon pour notre avenir au sein de la boîte :
« Les chances de survie du pôle web de l’agence sont de 1 sur 725. Je voudrais ajouter qu’il m’est arrivé de commettre des erreurs, de temps en temps… ».
En fait, ça ne sent pas bon du tout. Je savais bien que cette journée s’annonçait mal. Je sens un grand trouble dans la Force depuis ce matin.

13h
Je file à mon cours de méditation pour oublier le chaos de la matinée. Mon maître zen aux grandes oreilles et à la peau verdâtre me fait la leçon :
« Trop de colère en toi je sens. Tu es insouciante. Plus patiente tu dois être ! »
Blablabla… oui, je connais la rengaine, je ne dois pas m’abandonner à la haine. Elle me conduirait du côté obscur, etc., etc.

14h
De retour au bureau, j’avale un sandwich et j’appelle mon développeur qui ne m’a toujours pas livré la 18ème version de mon site.
« Ah, Camille ! Comment vas-tu ?
– Bien, depuis tout à l’heure. Sauf que j’attends toujours ta livraison. Il faut vraiment que j’envoie la nouvelle version du site au client.
– Oui, ta livraison… On est dessus. On devrait pouvoir tout t’envoyer d’ici 20 minutes ».
Mes joues commencent à s’empourprer :
« Tu m’as déjà dit il y a 4 heures que tu me livrais dans 20 minutes…
– Oui, mais on a rencontré un nouveau bug avec le menu déroulant.
– Comment ça « avec le menu déroulant » ? On n’a jamais constaté ce bug avant !
– Oui, mais… »
Alors qu’il m’embrouille pour gagner du temps, je sens la colère monter en moi. Je respire calmement et je ferme les yeux. Si je m’engage une seule fois du côté obscur, à jamais il me dominera.

16h
Après avoir passé une heure et demie à rédiger des spécifications fonctionnelles pour me calmer, je sors sur l’escalier de secours pour fumer une cigarette. C’est strictement interdit mais mon bureau est au troisième étage et j’ai clairement la flemme de descendre. Je sens la fumée filtrer doucement à travers mon esprit. Je me détends… Soudain, quelqu’un ouvre la porte de secours de l’étage au-dessus. Mon sang se glace quand j’entends un bruit de respiration artificielle et rauque, comme si la personne inspirait et expirait à l’aide d’une machine. C’est l’espion du directeur ! S’il me voit, je suis fichue. Je jette ma cigarette. Je me concentre pour ne faire aucun bruit et j’arrête de respirer. Je voudrais disparaître. Il reste sans bouger quelques secondes. Sa respiration mécanique me fait froid dans le dos. Je ne dois pas avoir peur. Faites que la Force soit avec moi. Il fait quelques pas en direction des escaliers. Mais juste au moment où il va descendre, il fait finalement demi-tour et rentre. Ouf, sauvée !

18h
Le chef de projet technique me cherche depuis ce matin. Il n’arrête pas de râler en relisant mes spécifications fonctionnelles. Et soudain, la goutte d’eau qui fait déborder le vase :
« Si on arrive à éviter que les bonnes femmes s’en mêlent, on devrait pouvoir réussir à sortir un site nickel et dans les temps ».
Je me lève d’un bond et je me dirige vers lui, rouge de colère. Aïe, aïe, aïe, je sens que je bascule…
«  Je te demande pardon ?
– Ecoute, chacun son métier. Toi, tu es bonne pour l’éditorial. Et c’est à moi de m’occuper de la technique.
– Tu me traites d’intellectuelle au crâne mou ?
– Non, mais reconnais que la technique, ce n’est pas un truc de nana.
– Mais tu es si prétentieux ! Si mal fichu ! Si effronté !
– Moi, je suis mal fichu ? Ecoute Splendeur, tu vas te calmer…»
Le mot de trop ! Je bouillonne de rage. Il y a beaucoup trop de colère en moi. Je ne dois pas libérer ma colère. La colère, la peur, l’agression forment le côté obscur de la Force. Je ne dois pas libérer ma colère. Je ne dois pas libérer ma colère. Je ne dois pas… libérer… ma… colère…

Oups.
Cam' dans un film

____

Un texte inspiré de…

Star War, épisode 5 : L'Empire contre-attaque STAR WARS, EPISODE 5 : L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE (THE EMPIRE STRIKES BACK) – 1980

Genre : science-fiction, aventure
Réalisateur : Irvin Kershner
Scénaristes : George Lucas, Leigh Brackett, Lawrence Kasdan
Avec : Mark Hamill, Harrison Ford, Carrie Fisher…
Bande originale : John Williams

Pour en savoir plus :
– J’ai mis en avant L’Empire contre-attaque car c’est le meilleur épisode pour moi, mais mon texte s’inspire des épisodes 4, 5 et 6. Aussi, pour plus d’infos sur la saga Star Wars, c’est ici !
Voir la bande-annonce de L’Empire contre-attaque
– Ecouter la bande originale de L’Empire contre-attaque sur Spotify
– Et pour ceux qui n’ont jamais vu Star Wars (oui, oui, c’est possible !), voici un résumé de L’Empire contre-attaque en 5 secondes (attention ENORME spoiler)


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s