Indiana Cam et la dernière brocante

Nous sommes le dimanche 4 novembre 2012 et je suis à deux doigts d’achever une quête qui a commencé il y a un peu plus de 20 ans.

Un vent violent fouette mon visage. Je remonte le col de mon trench et réajuste mon chapeau en feutre. Je sens que j’approche du but. Je jette un coup d’œil sur mon iPhone. Les coordonnées sont exactes : 48° 52′ 0 » Nord et 2° 19′ 60 » Est. Je m’approche doucement de l’angle de la rue et, là, je découvre enfin… la brocante qui abrite l’objet de ma convoitise.

Je me glisse derrière une voiture pour évaluer la situation. Ce ne sera pas aussi simple que ce que je pensais : une armée de bobos accompagnés de leurs enfants est déjà là, à l’affût de l’objet rare. Des hordes de hipsters moustachus font le guet et fouinent dans les moindres recoins.

C’est alors que je repère mon trésor sur l’étal d’un trentenaire à la mine patibulaire. Il me reste une cinquantaine de mètres à parcourir pour l’atteindre. Je commence à m’approcher doucement, en prenant garde à ne pas attirer l’attention.

Mon iPhone m’indique que « seules les personnes ayant joué à l’élastique dans leur enfance pourront passer ». L’élastique… Je continue à avancer prudemment. L’élastique… Les personnes ayant joué à l’élastique… Mais oui, quand on joue à l’élastique… Je saute le plus haut possible et j’évite de justesse un ballon-boulet de canon envoyé par un môme. Je suis passée ! Je reprends mon souffle et je continue.

Je crois être sur la bonne voie, mais une gamine se plante devant moi, s’accroche à mon pantalon et me tend un jouet coloré en forme de ressort : « Donne-moi le nom de cet objet et je te laisse passer », me grogne-t-elle. Argh… je connais parfaitement cette chose mais je n’ai jamais trop su comment elle s’appelait. La fillette agite le ressort dans ses mains et forme des ondulations. Voyant que je ne trouve pas, elle enfonce le ressort dans la paume de ma main ! Je contiens un cri et m’apprête à la pousser quand tout à coup : « Ondamania ! Ce jeu s’appelle l’ondamania ! ». L’enfant disparaît alors en un clin d’œil.

Plus de temps à perdre, je m’élance vers le stand du trentenaire en courant. Je parviens juste à temps à éviter une bouche d’égout ouverte, mais je trébuche et je m’écroule devant tout le monde. Face contre terre, j’entends des ricanements. Je me redresse et… horreur ! Un jeune à lunettes surdimensionnées tient mon objet dans ses mains et semble très intéressé. Je me relève d’un bond. Je me précipite vers lui. Je sors mon parapluie – vous ne pensiez tout de même pas que j’allais avoir un fouet – et je lui assène un coup sur le bras, juste assez fort pour qu’il lâche prise. Le trésor tombe, je me jette en avant et le rattrape juste avant qu’il vole en éclats. Mission accomplie, le dernier walkman jaune existant sur terre est à moi !
Cam' dans un film

____

Un texte inspiré de…

Indiana Jones et la Dernière Croisade, Steven Spielberg INDIANA JONES ET LA DERNIERE CROISADE (INDIANA JONES AND THE LAST CRUSADE) -1989

Genre : aventure, action
Réalisateur : Steven Spielberg
Scénaristes : George Lucas, Menno Meyjes, Jeffrey Boam, Philip Kaufman
Avec : Harrison Ford, Sean Connery, Denholm Elliot…
Bande originale : John Williams

Pour en savoir plus :
Voir la bande-annonce d’Indiana Jones et la dernière Croisade
– La fiche technique complète du film sur Allociné
– Ecouter la bande originale du film sur Spotify
Toutes les infos sur la saga Indiana Jones


Publicités

3 replies »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s